Une promesse qui commence à dater

Le wifi dans le train est une promesse qui remonte à 2003 et qui n'a, pour le coup, pas vraiment tenu sa garantie ponctualité. A cette époque, Béatrice Chavanel, responsable Marketing TGV, évoquait la mise en service d'une connexion wifi gratuite sur les rames de l'axe Paris-Bordeaux-Pau. Treize ans plus tard, le wifi n'est toujours pas une réalité pour des voyageurs qui le réclament pourtant en masse. En effet, 69% des voyageurs jugent l'absence de Wifi gênante, source SNCF.

Cet enfant a désormais 30 ans et 2 enfants Credit : Unsplash.com - Cet enfant à qui on a promis le Wifi en 2003 a désormais 28 ans et est père de deux enfants

Comme le rappelle le journaliste du Monde, Olivier Razemon, dans un article de blog (lire l'article), la décennie qui a suivi cette première annonce de la SNCF n'est qu'une série de promesses non tenues et de rendez-vous râtés, ponctuée en 2014 par le tweet de la Secrétaire d'Etat chargé du Numérique, Axelle Lemaire :

Cette chronologie, devenue embarrassante pour l'opérateur ferroviaire, semble enfin se conclure cette année avec l'annonce faite en janvier par Barbara Dalibard, Directrice Générale de la branche Voyageurs de la SNCF, du déploiement pour 2017 du Wifi dans les TGV. Cela reprend l'annonce faite précédemment par Guillaume Pépy de mettre fin à l'attente des voyageurs sur cette affaire.

Et pourquoi cette fois serait-elle la bonne ? Si cet énième engagement de la part de la SNCF nous semble être fiable c'est qu'il se trouve au point de concours de 4 éléments :
1 - La pression est plus forte de la part du gouvernement.
2 - Il n’y a plus de barrière technologique infranchissable : la 4G a été retenue. Il s'agit d'une méthode éprouvée et maitrisée par les partenaires de la SNCF (les opérateurs téléphoniques).
3 - Les 450 millions d’euros d'investissements nécéssaires ont été budgetés sur 3 ans.
4 - La SNCF a elle-même besoin d'une connexion Internet fiable à bord pour ces contrôleurs afin d’assurer certains services.

La leçon tirée des loupés du Thalys et du TGV Est

Thalys dispose du wifi par satellite depuis 2005 et l'a généralisé pour tous ses voyageurs en 2012. Le TGV Est propose également une connexion Internet à partir d'une solution technique similaire : un mélange de satellite, de 3G et de Wifi. Mais cette solution coûte cher et ne fonctionne pas toujours bien car la connexion est très lente (chez Misterfox, on est d’avis qu’un wifi lent est plus agaçant que pas d’internet du tout. Et vous?). Ce mauvais choix technologique est l'une des raisons principales qui explique les errements de la SNCF sur ce dossier.
“Le choix qu'on a fait il y a cinq ans pour Thalys et le TGV Est, et qui avait été salué par tout le monde, le modèle satellitaire, ne s'est pas révélé pertinent, ni d'un point de vue technique ni d'un point de vue commercial" - Février 2016, Guillaume Pepy.

Crédits: Giphy : Le Satellite, une FBI (fausse bonne idée)

La stratégie 4G : la lumière au bout du tunnel

La bonne nouvelle est arrivée du côté d'Orange début 2016. L'opérateur historique a en effet annoncé sa volonté de couvrir 100% des lignes TGV avec la 4G et a d'ores et déjà couvert la liaison Paris-Lyon où transitent 40 millions de passagers chaque année (il manque encore les tunnels mais Orange et la SNCF y travaillent). L'axe Paris-Lille est prévu pour juillet 2016.

"[Ce qui a été nécessaire pour l'Axe Paris-Lyon] : 160 techniciens pendant 16 mois, l'installation de 200 nouvelles antennes et 32.000 kilomètres de tests et de mesures" - Fabienne Dulac, directrice exécutive d'Orange France

Le fait de passer par la 4G permet de limiter considérablement le travail nécessaire par la SNCF :
1 - Une partie des utilisateurs pourra se connecter directement au réseau d'Orange avec leur appareil.
2 - Un routeur 4G sera l'unique équipement nécessaire sur les rames pour redistribuer le signal d'Orange en Wifi à l'intérieur des wagons.

Tunnel Crédit : Kaique Rocha - www.pexels.com - La lumière au bout du tunnel

Au delà du défi technique, la mise en place du Wifi dans le train est également un défi économique.

Il est donc techniquement possible de proposer le Wifi dans un train à grande vitesse mais cela nécessite un investissement économique important à la fois pour l'installation et la maintenance du système. Selon les sources, le coût par rame varie de 100 000 à 350 000 euros pour l’installation seulement. On ne sait que croire, mais on admet que cela représente un gros effort financier dans tous les cas.

Sans Internet, vous faites quoi dans le train ?

Vous l'aurez compris, le wifi dans tous les trains c'est pas pour tout de suite...
En revanche, l'indemnisation de vos retards en train c'est maintenant sur Misterfox !