La France, dans l’imaginaire collectif (principalement dans celui des étrangers d’ailleurs), est LE pays où le droit de grève est un art parfaitement maitrisé par les salariés. Mais alors, qu’en est-il vraiment ?

Chez Misterfox, on a décidé de se pencher sur le fameux cliché des salariés Français et de leur prétendu goût pour la grève.

Les Français, accros à la grève : info ou intox ?

Les Français sont-ils vraiment les grands champions de l’exercice du droit de grève ? Oui, c’est incontestable. C'est ce que nous dit une étude publiée l’année dernière par l’Institut d’Etudes Economique et Sociales de la Fondation allemande Hans Böckler.

Afin d’en arriver à cette conclusion, les auteurs de l’étude ont utilisé la méthodologie suivante:

- Ils ont d’abord calculé le nombre de jours d'absence des salariés à cause des grèves dans 14 pays Européens (France, Danemark, Belgique, Espagne, Royaume-Uni, Pologne, Suisse, etc.) ainsi qu'aux États-Unis et au Canada sur la période 2005-2013.

- Ils ont ensuite rapporté ce nombre de jours à la population active du pays afin d’obtenir la moyenne annuelle nationale.

Le résultat de l’étude est incontestable

Les Français arrivent en tête du grand classement réalisé par l’Institut d’Etudes Economique et Sociales de la Fondation allemande Hans Böckleravec avec pas moins de 139 jours de grève pour 1.000 actifs issus du secteur privé.

Selon ces chiffres, les Français font donc 139 fois plus la grève que leurs voisins les Suisses, 27.8 fois plus que les Suédois et 8.6 fois plus que les Allemands.

Selon cette étude, le Danemark sort également son épingle du jeu avec 135 jours de grève pour 1.000 salariés Danois entre 2005 et 2013.

Le bilan de l’Office National des Statistiques Néerlandais est encore plus catégorique


Par ailleurs, l'Office National des Statistiques Néerlandais s'était également penché sur la question pour la période allant de 2009 à 2013.

Il ressort de son étude que la France arrive, encore une fois, en tête du classement avec 171 jours d'absence pour 1.000 actifs pour cause de grève. Néanmoins, cette fois, la suprématie de la France est totale, aucune autre performance ne venant remettre en cause son leadership.

En deuxième position, on retrouve encore le Danemark mais cette fois avec deux fois moins de jours de grève que la France. Seulement 82 jours contre 171 pour la France, soit plus du double tout de même !

Verdict, les Français, accros à la grève : info ou intox ?


Après avoir mené notre petite enquête, nous sommes donc désormais en mesure de répondre à notre question initiale. Les Français, accros à la grève : info ou intox ? Chez Misterfox, on répond « Info » et c’est unanime.

La SNCF et la grève, un sujet d'actualité


D’ailleurs, à ce sujet, la SNCF organise ce mardi 26 avril 2016 sa troisième grève en seulement huit semaines. En effet, tous les syndicats ont ainsi appelé les cheminots à débrayer afin de "peser" sur les négociations en cours sur leurs conditions de travail. Les appels à la grève courent de ce lundi 25 avril à partir de 19h au mercredi 27 8h.

Quatre TER sur dix, et un intercité sur trois devraient également circuler, a indiqué la direction à l'AFP. Le trafic sera "quasi-normal" sur les grandes lignes internationales, mais il n'y aura pas de train de nuit.

Ainsi la circulation du RER A devrait être normale mais sur la ligne B, on attend un train sur deux, un sur trois sur les lignes C et D et deux sur trois sur la ligne E. Sur le Transilien, si la moyenne sera d'un train sur deux, des disparités sont à prévoir selon les lignes, selon la SNCF. Sur les lignes TGV, trois trains sur quatre circuleront sur l'axe Est, six sur dix en Bretagne et Pays-de-la-Loire, un sur deux dans le sud-ouest, le sud-est et le nord.

Lors de la précédente grève unitaire du 9 mars 2016, les deux tiers des trains, régionaux et nationaux, étaient restés à quai. Elle avait été suivie par 35,5% des personnels selon la direction et, de source syndicale, par plus de 60% des conducteurs et contrôleurs.

Mardi devrait également être une journée de forte mobilisation, selon les syndicats. Et sans doute pas la dernière.

"Le 26 avril sera une nouvelle étape de mobilisation" mais "un mouvement plus ferme pourrait être envisagé" en l'absence "d'ouverture de réelles négociations prenant en compte les propositions alternatives des organisations syndicales", prévient Thierry Nier, porte-parole de la CGT-cheminots.

(Retrouvez notre guide de survie en cas de grève sur les démarches lorsque votre train est annulé ou retardé : Guide de survie en cas de grève)

Ces négociations, menées à l'échelle de la branche et au sein du groupe public, doivent aboutir avant mi-2016 à harmoniser les règles de travail dans le secteur (fret/voyageurs, SNCF/privé). Objectif : aborder dans de bonnes conditions (de sécurité et sans dumping social) l'ouverture totale à la concurrence. Les échéances se précisent : les lignes TGV devront s'ouvrir à la concurrence à partir de 2020 et TER/Intercités à compter de 2023, ont décidé le 19 avril les négociateurs européens.
Retrouvez notre guide de survie en cas de grève sur les démarches lorsque votre train est annulé ou retardé :

Comme le 9 mars, la grève est aussi l'occasion de réclamer des embauches pour pallier aux "urgences" et notamment les suppressions de TER dans plusieurs régions, faute de conducteurs, ainsi que l'ouverture rapide de discussions salariales.

Bon allez, bonne chance et bonne grève à tous ;)
RDV sur Misterfox pour vous faire indemniser si vos trains ont du retard !